• Blog
  • Le prix des voitures d’occasion baissera-t-il en 2024 ? L'avenir du marché des voitures d'occasion

Le prix des voitures d’occasion baissera-t-il en 2024 ? L'avenir du marché des voitures d'occasion

Plongez dans une analyse approfondie de l’état du marché des voitures d’occasion et neuves pour 2023 et lisez nos prévisions sur le prix des voitures d’occasion en 2024.


Ce fut une année dynamique pour les revendeurs de voitures d’occasion. Nous avons vu les ventes augmenter et diminuer tout au long de 2023 et avons suivi une reprise lente mais sûre du marché. L’année prochaine apportera-t-elle des circonstances économiques plus favorables et une production plus robuste ? Les prix des voitures d’occasion continueront-ils de baisser en 2024 ?

Lisez l’analyse et les prédictions de nos experts pour le savoir.

Nous commencerons par examiner de plus près le marché des voitures d'occasion au cours des derniers mois de 2023, puis passerons à une analyse du marché des voitures neuves, en particulier du secteur des véhicules électriques. La dernière section vous proposera trois scénarios possibles pour la tarification des voitures d’occasion en 2024.

Allons-y.

Fluctuations du marché des voitures d’occasion à la fin de 2023

Alors que nous approchons de la fin de l’année 2023, les professionnels de l’automobile et les négociants de voitures d’occasion font face à un marché quelque peu instable. Septembre et octobre, en particulier, ont été témoins d'une baisse significative des ventes, suivie d'une reprise rapide.

Pour prévoir comment le marché pourrait se comporter l'année prochaine et si nous pouvons nous attendre à ce que les prix continuent de baisser, il est important de comprendre l'état actuel des ventes de voitures d'occasion. Faisons donc une analyse rapide mois par mois.

Septembre

Par rapport à la même période de 2022, septembre 2023 a été marqué par un ralentissement significatif de l’activité de commerce de voitures d’occasion. Plus précisément, le temps moyen nécessaire pour vendre une voiture d’occasion était plus long et la demande était inférieure à l’offre.

Une comparaison mensuelle montre également une dynamique décroissante. L'indice du volume des ventes (SVI), la mesure qui fait référence au nombre de véhicules d'occasion vendus au cours d'une période donnée, indique une baisse des ventes pour ce mois-ci sur de nombreux marchés européens , comme le rapporte Autovista24 :

  • Italie (-34,5%)
  • Espagne (-15,7%)
  • Autriche (-11,6%)
  • France (-11,5%)
  • Le Royaume-Uni (-10,7%)
  • Allemagne (-4,5%)


Seule la Suisse a enregistré des ventes plus élevées au cours de cette période, avec une augmentation de 8,8%. Avec ces chiffres de ventes tels qu'ils sont, vous ne serez pas surpris d'apprendre que l'offre était supérieure à la demande de ventes de voitures d'occasion en septembre.

Octobre

Il semble que les faibles chiffres de ventes du mois de septembre ne soient pas le signe d'une tendance à la hausse. Le commerce des voitures d'occasion a repris en octobre et a affiché une croissance robuste. Selon un autre rapport d'Austovista , cela était évident sur plusieurs marchés, y compris ceux qui ont connu une baisse d'activité en septembre.

Et ces chiffres ne sont pas non plus bas. Par exemple, l'Italie a enregistré une hausse de 64,9 %, suivie de près par la France avec 52,2 %.

Au cours de cette période, la demande a également augmenté et a dépassé l’offre sur plusieurs marchés. Cependant, cette hausse n’a pas été très évidente et est restée à un chiffre dans la plupart des endroits. De plus, les voitures d’occasion sont restées dans leurs lots plus longtemps car il leur fallait en moyenne plus de temps pour être vendues qu’en septembre. Par exemple, en France, le nombre de jours nécessaires pour vendre une voiture d'occasion a grimpé jusqu'à 71,3 jours (contre 65,5 le mois précédent). L’évolution d’une année sur l’autre est encore plus spectaculaire comme vous pouvez le constater dans la comparaison ci-dessous.


Illustration : eCarsTrade / Données : Autovista24


D’autres marchés, comme l’Italie, ont connu des délais de vente tout aussi plus longs.


Novembre

Une autre baisse des ventes s'est produite au mois de novembre. Seuls la France et l'Espagne ont affiché une amélioration de l'indice du volume des ventes (respectivement 9,9 % et seulement 0,2 %), tandis que d'autres pays ont connu une baisse des ventes par rapport à octobre.

La tendance à des périodes de vente plus longues s'est également poursuivie, notamment d'une année sur l'autre. Cette situation a été plus prononcée en France (14,6 jours supplémentaires), en Espagne (10,7 jours) et en Suisse (8,6 jours). Au cours de la même période, l'offre a dépassé l'Autriche, l'Allemagne, l'Italie, la Suisse et le Royaume-Uni, ce qui a permis aux vendeurs de voitures d'occasion de générer des résultats commerciaux positifs.

Que peuvent nous dire ces fluctuations du marché ? Et bien, il sera difficile de prédire avec précision le prix des voitures d'occasion pour l'année prochaine car le marché est actuellement instable.

Cependant, la tendance globale (lente) à la croissance des ventes à laquelle nous avons assisté tout au long de l’année nous donne des raisons de croire que les prix connaîtront effectivement une légère baisse en 2024.

Tournons-nous maintenant vers le marché des voitures neuves et son état actuel pour trouver plus d’indices sur ce à quoi nous pouvons nous attendre en 2024.

Le marché des voitures neuves fin 2023

Sur le marché des voitures neuves, les ventes sont en croissance constante depuis un certain temps déjà. Cette tendance a été largement alimentée par les ventes de véhicules électriques (VE). En fait, les estimations actuelles évaluent les ventes de véhicules hybrides rechargeables et électriques à batterie à 14,1 millions d’unités d’ici fin 2023. Cela représente une augmentation pouvant atteindre 34 % par rapport à 2022.


Illustration : eCarsTrade / Données : Autovista24


Il y a plusieurs raisons à ce succès commercial.

D’une part, les problèmes qui ralentissaient la production de véhicules électriques se sont atténués depuis la fin de la pandémie. Concrètement, cela signifie que les problèmes de chaîne d’approvisionnement sont sur le point d’être résolus et que les producteurs de véhicules électriques trouvent des moyens de diversifier leurs pratiques d’approvisionnement en matière de pièces automobiles, de composants de batteries et de semi-conducteurs.

Un approvisionnement plus régulier en matériaux se traduit par une production plus stable et une plus grande disponibilité de voitures pour les consommateurs qui n'auront pas à attendre aussi longtemps pour avoir leur voiture. Pour l’instant, le marché des voitures neuves se porte bien, même si la reprise est progressive et lente.

De plus, la stabilité de la chaîne d’approvisionnement et la disponibilité des matériaux réduisent le prix des véhicules électriques. Par exemple, certaines estimations indiquent que le prix des batteries va chuter entre environ 55 € et 85 € le kWh jusqu'à la fin de la décennie (c'était environ 140 € le kWh en 2022). Cela pourrait amener les prix des véhicules électriques au même niveau que ceux des ICE dans quelques années seulement. Mais gardez à l’esprit que ces prévisions sont un peu plus lointaines que 2024.

D’un autre côté, nous devons toujours être conscients du fait que les véhicules ICE sont progressivement retirés de l’UE. Selon la législation, d’ici 2035, toutes les nouvelles voitures particulières et véhicules utilitaires légers dans l’UE doivent être à zéro émission de CO2 , ce qui signifie pour la plupart électriques. Pour faciliter ce changement, les pays disposent de systèmes d’incitations à l’achat de véhicules électriques, ainsi que de réglementations de plus en plus strictes en matière d’émissions.

Pour ces raisons, les véhicules électriques deviennent le choix logique pour l’acheteur de voitures neuves, et il y a de fortes chances qu’ils remportent le marché avant même l’échéance de 2035.

Cependant, les véhicules électriques ont également rencontré des défis ces derniers temps, alors que des pays comme l'Allemagne , la France et les Pays-Bas ont progressivement supprimé les incitations aux véhicules électriques.

L'avis d'expert de Filipp Sevostianov, PDG d'eCarsTrade, sur la diminution de l'attrait des véhicules électriques en raison de la hausse des coûts et de la diminution des subventions dans l'UE, soulignant la position unique de la Belgique en matière d'incitations croissantes aux véhicules électriques.

Peut-on s’attendre à une baisse des prix des voitures d’occasion ?

Premièrement, la lente reprise du marché signifie que les délais d’attente restent relativement longs. Les pressions économiques actuelles poussent les acheteurs à opter pour des voitures d'occasion plutôt que neuves, ce qui entraîne une forte demande qui maintient également les prix élevés.

Pourtant, l’avenir semble prometteur. À mesure que les problèmes d’approvisionnement liés à la pandémie s’atténueront et que les véhicules électriques deviendront moins chers, les opportunités de remarketing augmenteront à mesure que la disponibilité des voitures augmentera. Une baisse des prix devrait suivre peu de temps après.

Ce scénario se réalisera-t-il en 2024 ? Cela reste à voir.

Le marché des voitures d’occasion en 2024 : trois scénarios possibles

Dans cet article, nous avons fréquemment mentionné que le marché des voitures d’occasion est en pleine évolution, reflétant les circonstances économiques plus larges de cette période. Certains indicateurs dressent un tableau de reprise et de croissance du marché, tandis que d’autres préviennent que nous ne sommes pas encore sortis des crises provoquées par la pandémie et les récents conflits géopolitiques.

Cox Automotive a récemment publié un rapport détaillé sur ses prévisions pour 2024 - Cox Automotive Insight Report 2023/2024 - dans lequel ils analysent en détail ce qui se passera sur les marchés des voitures d'occasion et neuves en 2024. Ils théorisent trois scénarios possibles sur la façon dont le marché des voitures d'occasion va croître.


Illustration : eCarsTrade / Données : Cox Automotive


Comme vous pouvez le voir ci-dessus, le meilleur des cas prévoit une forte croissance des ventes de voitures d'occasion dans le secteur, plafonnée à près de 9 % au quatrième trimestre 2024. À la baisse, le pire des cas voit le marché se contracter, avec une croissance négative pouvant atteindre un point de pourcentage entier.

Analysons chaque prévision de plus près.

Le meilleur cas de scenario

Fin 2023, nous avons constaté que le marché des voitures d'occasion peut effectivement afficher des chiffres de ventes très positifs, comme nous l'avons vu dans notre analyse d'octobre. Il est donc fort possible que ces résultats se reproduisent en 2024, avec une activité encore plus forte.

Dans son scénario le plus positif, Cox Automotive prévoit une forte augmentation des ventes d’une année sur l’autre, un chiffre supérieur à 7 % par rapport à 2023. Dans cette prévision, les ventes augmenteront progressivement tout au long de l’année.

Comment pouvons-nous y arriver? En vérité, ce scénario n’est possible que si l’inflation ralentit assez fortement et si la production de véhicules électriques reste élevée tout au long de l’année, libérée des problèmes d’approvisionnement et du coût des matériaux.

Ces circonstances feraient baisser les taux d’intérêt, ce qui permettrait aux acheteurs d’emprunter plus facilement pour acheter sur un marché où il y a suffisamment de voitures pour réduire les temps d’attente et où les options de voitures sont variées. Cette augmentation de l'offre par rapport à la demande et la rentabilité des prêts feraient certainement baisser les prix des voitures sur les marchés du neuf et de l'occasion.

Scénario de référence

La prévision la plus réaliste concernant les ventes de voitures d'occasion en 2024 est que nous allons assister à une continuation de la situation actuelle : une lente reprise du marché qui va permettre de légères baisses de prix .

Dans ce scénario, deux forces opposées s’affronteront, ce qui aura pour résultat de maintenir les prix relativement stables. Le premier est l’atténuation des problèmes de chaîne d’approvisionnement et la baisse des prix des pièces détachées automobiles. Cela, à lui seul, ferait baisser les prix des voitures d’occasion, sans la forte inflation qui, dans ce cas, continuerait à affecter le pouvoir d’achat dans tous les secteurs, y compris l’automobile.

Analyse d'expert de Filipp Sevostianov, PDG d'eCarsTrade, discutant de l'impact des taux d'intérêt stables de l'UE sur la confiance du marché et des effets potentiels sur l'industrie automobile.

Cette prévision prévoit une croissance annuelle de 2,3%, un chiffre qui se traduirait par une légère baisse des prix sur les marchés des voitures neuves et d'occasion, au moins au premier semestre.

Une raison suffisante pour que les revendeurs gardent espoir s’ils effectuent une rotation rapide de leurs stocks afin de bénéficier de prix dégressifs.

Pire scénario

Le scénario le plus pessimiste voit la situation économique se détériorer encore davantage avec l’incapacité de maîtriser l’inflation et une aggravation de la crise du coût de la vie. Si cela se produit, même une production automobile très robuste ne sera pas en mesure d’aider les acheteurs à accéder au marché des voitures d’occasion, car leur confiance dans l’achat de véhicules en toute sécurité sera ébranlée et moins de consommateurs décideront d’acheter des voitures.

Dans ce scénario, les taux d’intérêt élevés et le coût de la vie élevé rendent le financement des voitures d’occasion beaucoup plus difficile. Cette faible demande associée à des prix bas présente un risque mais aussi une opportunité potentielle pour les commerçants car elle crée de la place pour moins de concurrence et des transactions d'achat intéressantes.

Cox Automotive prévoit une légère contraction du marché pour ce scénario à -0,6%. Cependant, il sera difficile d’inverser la reprise régulière du marché à laquelle nous avons assisté tout au long de 2023, en particulier au cours des derniers trimestres, ce scénario n’est donc pas très probable.

Tout bien considéré, on peut s’attendre à une baisse des prix des voitures d’occasion en 2024, même si ce n’est pas drastique, mais les volumes augmenteront. C’est toujours une bonne nouvelle pour les commerçants, car cela signifie de nombreuses opportunités en termes d’achats.

Les concessionnaires de voitures d’occasion ont beaucoup à espérer dans une perspective à plus long terme, alors que les véhicules électriques rattrapent les ICE en termes de prix et que les circonstances économiques défavorables, principalement l’inflation, seront résolues.

Les prix des voitures d’occasion baisseront-ils en 2024 ?

Les fluctuations actuelles du marché, comme nous l’avons vu dans la première section de cet article de blog, rendent difficile la prévision des prix futurs. Le secteur se remet de graves défis, tels que des problèmes de chaîne d’approvisionnement, des problèmes énergétiques et une inflation élevée, et cette reprise peut être lente et incertaine.

Cependant, plus nous regardons loin, plus les perspectives s’améliorent, la Banque centrale européenne indiquant que les taux d’intérêt n’augmenteront pas et que les taux d’intérêt à long terme baisseront.

Ces facteurs externes peuvent être hors de votre contrôle, mais les concessionnaires automobiles seront toujours en mesure de trouver des opportunités intéressantes dans chacun de ces scénarios. Il faut simplement être flexible et s’adapter aux évolutions du marché pour trouver de bonnes affaires. Et n'oubliez pas: nous sommes là pour vous aider !

La plateforme eCarsTrade vous permet d'enchérir sur des voitures provenant de plusieurs marchés européens pour obtenir les meilleurs prix. Jetez donc un œil dans notre sélection de milliers de voitures d'occasion et commencez à faire des choix d'achat intelligents dès aujourd'hui.

Continuer à lire

19 Jul 2024

15 Jul 2024

4 Jul 2024

29 Jun 2024

28 Jun 2024

27 Jun 2024


Chargement
Loading